Search

“Ndazi Ikirundi”: Rosine et Kévine remportent le challenge de Jimbere



Il y a quelques mois, deux anciennes de Sisters In Success ont remporté la compétition “Ndazi Ikirundi” organisée chaque mois par le magazine Jimbere sur les réseaux sociaux. Le but est de composer une poésie en kirundi sur un thème choisi et de gagner 99 999 fbu. Rosine Marie Ininahazwe et Kevine Dusabe nous ont partagé leurs expériences.


SIS: Qu’est-ce qui vous a inspiré à entrer dans cette compétition?


R.M.I: Le Kirundi est souvent qualifié comme une langue très difficile. Ça fait un bon moment que j'ai constaté que la jeunesse, comparée à nos aînés, manque de vocabulaire lors d'une discussion. J'ai senti un besoin de relever ce défi et faire ma part à travers la rédaction de ce poème.


K.D: J'ai toujours aimé tout ce qui est en rapport avec les langues et les écritures mais je n'avais jamais écrit en Kirundi.Quand j'ai découvert la compétition, je me suis dit pourquoi pas tenter de nouvelles choses.


SIS: Que diriez-vous aux jeunes burundais(e)s qui pensent que le Kirundi est une langue difficile pour s’exprimer, et encore moins écrire des poèmes?


R.M.I: La langue fait partie de notre identité. Personnellement, je trouve que le peuple burundais est sentimental et c'est à travers le Kirundi qu'on arrive à exprimer ces sentiments. Dans les fêtes familiales, je me retrouve toujours dans l'admiration de notre art : Amajambo, Amazina, ivyino, indamutso,etc. Je trouve que c'est dans notre langue maternelle que l'on peut mieux exprimer nos émotions. Donc, tous ceux qui pensent qu'elle est difficile, ils n'ont pas encore écouté, notre langue est si riche, et rend la communication possible.


K.D Certains jeunes de notre génération pensent que le Kirundi est très difficile, ce qui est faux. Comme toute autre langue, il suffit de s'exercer en la parlant, en lisant des livres ou en regardant des vidéos en kirundi.


SIS: Comment est-ce que vous vous êtes senties quand vous avez découvert que vous aviez gagné?


R.M.I: C'était une grande joie et surtout un sentiment de champion. Je me suis dit:'' Me voilà, moi qui avait commencé cela tout en espérant apporter une pierre à l'édifice en promouvant ma langue maternelle, je viens de réaliser cet exploit." D'une autre part, je venais de découvrir un nouveau talent qui était caché en moi. Avant, je pouvais pas y croire mais que j'ai gagné, je me suis dit :" Nukuri ndazi ikirundi"


K.D: Je me suis senti très fière





50 views0 comments

Follow us on social media!!!